Je n’ai rien contre les rectifications de l’orthographe, si ce n’est que, approuvées à l’unanimité par l’Académie française le 3 mai 1990, elles ont de la peine à toutes s’imposer en France.

Le plus gênant en fait, c’est que certaines sont en passe de s’imposer, par exemple :

  • les matchs plutôt que les matches
  • les évènements plutôt que les événements
  • les extraterrestres plutôt que les extra-terrestres

tandis que d’autres résistent plus :

  • paraître plutôt que paraitre
  • aiguës plutôt que aigües

Beaucoup de gens mélangent au sein d’un même texte de l’orthographe rectifiée et de l’orthographe classique (alors que des rectifications existent).

Par exemple, on peut dire :

  • Cet événement paraît incroyable. (orthographe classique)

ou

  • Cet évènement parait incroyable. (orthographe rectifiée)

mais les orthographes

  • Cet événement parait incroyable.

et

  • Cet évènement paraît incroyable.

sont assez bâtardes.

Jusqu’à il y a peu, nous demandions aux traducteurs d’utiliser, soit l’orthographe rectifiée (ou réformée), soit l’orthographe classique, mais de ne pas mélanger au sein d’un texte. Cependant, du fait que l’orthographe rectifiée semble s’imposer une règle à la fois, nous ne corrigeons maintenant que les cas où :

  • le traducteur n’est pas cohérent dans l’application d’une des règles, par exemple s’il utilise parait et disparaît dans le même texte ;
  • le client final indique spécifiquement les règles qu’ils souhaite suivre, et que le traducteur ne les suit pas ;
  • le traducteur n’est pas cohérent avec la mémoire de traduction sur l’application d’une des règles, par exemple si la mémoire de traduction emploie paraît et qu’il écrit disparait.