Lorsqu’on doit traduire dans une aide de logiciel ou autre des options d’un logiciel qu’on décrit, on a quatre solutions :

  • Français

Il ne faut traduire les options en français QUE lorsqu’on en est 100 % sûr, c’est-à-dire qu’on a le logiciel traduit en français sous les yeux, ou que le client nous a fourni un glossaire complet des options, etc.

On ne doit JAMAIS inventer une traduction. Sinon on se retrouve dans l’aide en français avec des phrases du style “Appuyez sur le bouton XXX” alors qu’il n’y a pas de bouton XXX dans l’interface, ce qui est ridicule. Surtout si le logiciel n’a en fait pas été traduit en français et que le lecteur de l’aide utilise un logiciel en anglais et que l’aide n’est fournie qu’à titre indicatif.

Je sais que j’ai tendance à m’énerver rapidement, mais c’est très irritant de relire des traducteurs qui inventent parfois des options, car on ne sait jamais s’ils ont inventé ou vérifié et on doit donc revérifier TOUTES les options une à une, ce qui fait perdre énormément de temps.

  • Anglais (Français suggéré)

C’est la méthode standard lorsqu’on n’est pas sûr des options d’interface. Souvent, le traducteur ne sait pas si le logiciel a ou non été traduit. Il a demandé au client mais n’a pas de réponse, mais il faut avancer, donc on laisse le terme anglais et on suggère une traduction entre parenthèses.

Ainsi le lecteur de l’aide, soit utilise une version en anglais du logiciel, et peut donc à la fois retrouver l’option et la comprendre s’il ne comprend pas l’anglais, soit utilise une version en français du logiciel, et comprend que la traduction suggérée est approximative et peut être légèrement différente de celle qu’il a à l’écran, ce qui est beaucoup moins grave que le premier cas.

  • Anglais

Dans certains cas, le client préfère qu’on laisse en Anglais les éléments d’interface non traduits. Par exemple s’il souhaite traduire le logiciel plus tard et remplacer manuellement les options en anglais par les options traduites.

  • Français suggéré

Dans de rare cas, le client voudra qu’on suggère une traduction et qu’on remplace complètement les termes anglais. Par exemple s’il souhaite traduire son logiciel au vol en utilisant les traductions de l’aide, ce qui est une méthode comme une autre.

Notez que ce cas est entièrement différent du premier, où le traducteur a inventé une traduction SANS l’indiquer.